Terrasses et toitures végétales

Terrasses et toitures végétales

Dans un environnement de plus en plus urbanisé et pollué, notre santé et notre bien-être sont mis à rude épreuve. Le retour de l’utilisation d’une technique plus qu’ancestrale pourrait soulager nos villes, mais également leurs habitants, de bien des maux : la végétalisation des toitures. Les avantages ne sont pas qu’écologiques, ils sont aussi économiques sur le long terme.

Depuis les premiers âges de l’humanité, la toiture végétalisée est une technique employée pour isoler les logements. Nous en redécouvrons peu à peu les propriétés et les bénéfices que peut en tirer notre environnement.

 

La toiture végétalisée, qu’est-ce que c’est ?

Le principe de base est très simple : par-dessus la toiture déjà existante d’un logement, on ajoute une couche de terre et de plantes herbacées qui vont s’enraciner et former une isolation naturelle et protectrice.

Aujourd’hui, la technique a un peu évolué et répond à des normes pour assurer la bonne étanchéité de l’installation ainsi que l’écoulement des eaux de pluie.

Tout d’abord il y a le support porteur, qui va accueillir toutes les couches de drain et de végétation, et qui doit pouvoir supporter un poids allant de 80 à 250 kg / m². Puis vient l’isolant thermique, qui peut aussi bien être en verre cellulaire, laine minérale ou polyuréthane, tant que la résistance du matériaux à la compression est compatible avec la charge du jardin qui pèsera dessus. Par-dessus cet isolant se trouvera le complexe d’étanchéité qui empêchera les racines des plantes de parvenir jusqu’à l’isolation thermique et l’endommager. Enfin, la couche végétale est posée, elle-même formée d’une première couche de matériaux de drainage pour faciliter l’évacuation des eaux de pluie (comme des granulats minéraux), puis d’une couche de terre et végétaux, dont la composition dépendra de la région et du degré d’entretien que l’on souhaite lui accorder.

 

Les avantages d’un toit végétal

Ils sont nombreux et leur impact sur notre environnement a déjà été prouvé et reconnu.

Tout d’abord, la végétalisation de nos espaces urbains contribue non seulement à les rendre plus esthétique, mais aussi moins stressants. Un rééquilibrage entre environnement naturel et environnement citadin est bénéfique pour la population, participant à rendre les villes plus calmes.

D’un point de vue plus concret, les végétaux favorisent l’assainissement de l’air en filtrant une partie des polluants atmosphériques et en l’humidification de l’air grâce au phénomène d’évapotranspiration (ce qui est à l’origine de la rosée), un processus indispensable à la fixation des pollens et des poussières en suspension, lesquels provoquent de nombreuses allergies et/ou difficultés respiratoire.

Un retour à des environnements plus végétalisés signifie également une diminution des températures souvent constatées dans nos villes, et donc une utilisation moindre de la climatisation en hiver. Le pouvoir isolant des toits végétaux fonctionne également en sens inverse, en conservant une partie la chaleur dégagée par le logement qu’ils protègent. De plus, la couche végétale protège la membrane du toit (ou de la terrasse) des grands écarts de température tout au long de l’année ainsi que du soleil, ce qui prolonge leur durée de vie.

C’est également une isolation phonique pouvant réduire jusqu’à 40dB les bruits aériens.

Enfin, les toits végétalisés retiennent entre 50% et 75% des eaux de pluie, ce qui signifie un ruissellement au sol et dans les égouts beaucoup moins important, libérant de ce fait notre réseau d’assainissement des eaux usées d’une partie de son trafic et évitant les refoulements en extérieur ou les inondations.

 

Et les inconvénients ?

L’installation d’une toiture végétale demande un aménagement spécifique pour supporter le poids du complexe entier, ce qui entraîne un investissement monétaire, que la pose se fasse sur un logement déjà construit ou qu’elle soit prévu dans la construction d’un nouveau bâtiment.

Il faut également noter que selon la composition du parterre de végétaux, l’entretien ne sera pas le même et certaines plantes demanderont à être arrosées plus souvent, surtout en été lorsque la pluviométrie est basse.

Enfin, une la pente du toit ou de la terrasse doit être comprise entre 1% et 20% pour une installation courante. Il est possible de faire un toit végétalisé sur des pentes plus prononcées mais cela entraînera une installation plus particulière.

 

Si vous avez une remarque, un témoignage ou une question, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire !

 

Catégorie: 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
Les rédacteurs de MesDépanneurs.fr s'emploient tous les jours à vous délivrer des avis et de petits conseils pratiques afin de vous assister du mieux possible, dans vos soucis quotidiens. Cependant, chaque situation étant particulière, les réponses apportées par notre équipe ne sauraient remplacer l'avis ou la consultation de professionnels spécialisés tels que des avocats ou des artisans. Dès lors, MesDépanneurs.fr ne saurait voir engager sa responsabilité pour l'assistance que nous délivrons bénévolement aux internautes.
UN Artisan
EN URGENCE ?
VITE : COMMANDER